Jetons un regard sur les coutumes féminines dans les cités limitrophes de Suessula et Gricignano.

Dans la proche Suessula, située sur le passage du sud de la plaine de Campanie vers la zone Caudina, les défuntes, dès la moitié du 7e siècle av. J.-C., exhibaient des trousseaux funéraires fastueux, indicateurs d’une société déjà fortement articulée en son intérieur. Les ornements personnels étaient particulièrement somptueux, parmi lesquels deux épingles de parade et des pendentifs en bronze.

CF0A0935

En face, dans le coeur de la plaine de Campanie, les femmes du peit village de Gricignano, dont l’existence s’est limitée à 100 ans, racontent des histoires différentes: elles sont riches et à peine sorties de l’adolescence; un secteur spécifique leur est réservé dans la nécropole, où elles sont inhumées ou incinérées. Le trousseau funéraire personnel est riche mais sobre. En revanche, les poteries d’importation grecque ou coloniales sont nombreuses, témoignant ainsi du rapport direct avec les colons grecs cantonnés sur la côte de la Campanie avec lesquels la cité entretenait des rapports commerciaux et auxquels renvoie aussi le rite de la crémation.

CF0A0941

FIBULA-DA-PARATA

La visite continue dans la salle suivante
Le garde-manger